Analyse : Le sport comme outil de public diplomacy : le cas du football et du Qatar

Analyse : Le sport comme outil de public diplomacy : le cas du football et du Qatar
Okuma Süresi: 4 dakika

Le Qatar, un émirat situé sur la rive sud du golfe persique avec une surface petite, est l’un des plus compétitives et grandes économies du Moyen Orient. Avec ses immenses ressources du gaz et du pétrole qui constitue 30% de l’offre mondiale et 92% des revenus totales du pays, le Qatar est l’un des pays enregistrant le produit intérieur brut (PIB) par habitant le plus élevé du monde. Grâce à sa position géographique idéale, le pays a une importance commerciale et politique. Epargné par les troubles sociaux et les soulèvements politiques, le Qatar possède une force militaire modeste avec 12 000 personnels, la plus faible de la région, mais avec une large présence de l’armée américain. Au lieu du hard power, le soft power constitue donc un moyen important dans la présence politique mondiale du Qatar. 

Il est apparent avec les investissements qataris, le sport est devenu un facteur essentiel du soft power du Qatar, particulièrement le football. Les exemples comme l’achat de l’équipe française Paris Saint-Germain, l’investissement au FC Barcelona et l’organisation de la Coupe du Monde 2022 montrent l’intérêt croissant du Qatar vers ce sport. Encore une fois, dans ce cas, le football ne reste plus comme une simple activité sportive. 

On étudiera en quoi le football est-il un élément principal de l’apparence mondiale et quels sont les intentions du Qatar avec cette stratégie. Après avoir traité le rôle du football dans la diplomatie publique et l’exercice du soft power, on se focalisera les aspects polémiques du soft power qatari. 

  1. Le rôle du football comme un outil de public diplomacy et de soft power qatari
  1. La diplomatie publique comme outil de « nation-branding »

La diplomatie publique est définie comme les efforts sponsorisé par les gouvernements en vue de communiquer directement avec les publics étrangers. Autrement dit, cette stratégie politique constitue tous les efforts officiels pour convaincre les secteurs ciblés d’opinion étrangère en vue de supporter ou tolérer les objectives stratégiques d’un gouvernement.  Le « nation-branding », un type de présentation nationale au monde, permet une communication culturelle avec les publics étrangers à long terme. Dans le cas du Qatar, cela se fait par les équipes de foot, les hôtels, les entreprises aériennes comme Qatar Airways et les chaines médiatique comme Al Jazeera. Avec ce genre des investissements à l’étranger, Qatar crée une puissance et une réputation positive particulièrement sur les publics américain et européen, qui sert à prévenir les accusations sur le travail forcé, le financement des groupes terroristes et les pratiques antidémocratiques et la corruption dans le pays. Pourtant, Qatar cherche à devenir également un médiateur international surtout entre l’occident et l’orient, et un symbole de modernité dans le monde arabo-musulman ; ce qui le fournira une source de légitimité pour son pouvoir économique. Ainsi, le pays a fait sa première élection législative en 2021 comme un début de démocratisation, même si la charia est encore valide dans la juridiction.

  1. Le football et des autres moyens du soft power de Qatar

Le football est un moyen important dans le nation-branding et soft power qatari. Cet aspect du football est aussi utilisé aujourd’hui par la Chine, l’Arabie Saoudite et les Emirates Arabes Unis ; différent de conception américaine comme un marché libre à investir, et conception européenne comme un moyen d’échange socio-culturel. Cette conception commune de ces pays de Moyen-Orient crée également une tension et une compétition. En dehors de nation-branding, Qatar profite du football pour établir une économie post-industrielle. Conscient de sa richesse basée sur les ressources non renouvelables, le pays se prépare à l’épuisement de ces ressources en investissant a des autres secteurs, principalement football. 250 milliards dollars ont été dépensé pour la Coupe du Monde de 2022, malgré le climat inapproprié. Les chaines comme Al Jazeera et Bein Sports qui a les droits de vision des plupart des ligues de foot européens, jouent un rôle essentiel dans la présentation du pays comme un pays de football. L’attraction publique de football et ses effets incessant sur les sociétés partout dans le monde, sont utilisés stratégiquement et intelligemment par le Qatar.

  1. Les points controversés du soft power qatari 
  1. L’exploitation des ouvriers immigrants

Les conditions de travail des ouvriers en Qatar constituent un problème majeur. Ces ouvriers sont plus généralement des immigrants sous-payés qui travaillent dans la construction des facilités sportives ou bien culturelles dans les conditions difficiles. Ces travailleurs immigrants viennent généralement originaire d’Inde, du Pakistan, du Népal, du Bangladesh et du Sri Lanka. Selon la nouvelle de The Guardian, 6500 travailleurs sont morts à cause des conditions de travail depuis 10 ans durant les constructions des stades pour la préparation à la Coupe du Monde de 2022.

  1. Le financement des groupes islamiques 

Le Qatar est accusé pour financer des groupes islamiques qui sont considéré comme terroristes par les Européens et également par ses voisins, les pays du Golfe et certains autres pays du Moyen Orient. Certains journalistes et chercheurs, surtout en Angleterre et en France, condamnent le Qatar de financer discrètement les organisations islamiques considérées éloignées des valeurs et la démocratie libérales européennes. En outre le pays a soutenu les soulèvements dans les pays du Printemps arabe et le mouvement palestinien. En 2017, son soutien au groupe de Frères Musulmans qui est considéré comme terroriste par l’Egypte, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Syrie et Bahreïn, a suscité un blocus commercial et territorial par Bahreïn et Arabie Saoudite. Ces accusations endommagent le soft power de Qatar et la bonne réputation que le pays souhait établir dans le monde comme un pays de sport et de culture. 

Le football, pour conclure, est l’un des sources plus importantes du soft power qatari. Ce sport assure une place au Qatar dans la politique mondiale et fournit une sorte d’indépendance dans ses politiques intérieurs. Cette stratégie du Qatar représente aussi une nouvelle idéologie de football : dirigée par l’État, extrêmement politique et dotée de ressources abondantes. 

Ahmet Emir SEVİNDİK

Bibliographie (références)

https://www.britannica.com/topic/public-diplomacy

https://uscpublicdiplomacy.org/blog/geopolitics-sport-soft-power-soccer-and-arab-gulf

https://www.theguardian.com/commentisfree/2017/sep/01/neymar-transfer-barcelona-soft-power-asian-governments

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/qatar-liaisons-dangereuses-avec-le-financement-islamiste-826308.html

https://themedialine.org/life-lines/lifestyle/qatar-football-intersection-politics-sport/

https://www.lesechos.fr/2017/06/le-qatar-suspect-numero-1-de-financement-du-terrorisme-172463

https://www.birgun.net/haber/katar-da-duzenlenecek-dunya-kupasi-6500-den-fazla-gocmen-iscinin-olumune-yol-acti-335162

https://www.youtube.com/watch?v=vUnkAUfmNXQ&list=TLPQMTIxMTIwMjG_eTqfPn0ZkQ&index=2

guest
0 Yorum
Inline Feedbacks
View all comments